offre de post-doc ou CDD 18 mois : Rôle des forêts dans l’atténuation du changement climatique : Comment la sylviculture peut moduler les flux et stocks de carbone des écosystèmes forestiers de plaine ?

Dans le cadre du projet ISY-BIOC l’UR EFNO (Irstea, Nogent-sur-Vernisson) propose un post-doc (ou CDD Ingénieur de Recherche) d’une durée de 18 mois.

Titre du post-doc : Rôle des forêts dans l’atténuation du changement climatique : Comment la sylviculture peut moduler les flux et stocks de carbone des écosystèmes forestiers de plaine?

Document PDF avec le sujet complet et les informations détaillées

Démarrage : début 2020 (février ou mars)
Durée : 18 mois

Le post-doc se déroulera sur 18 mois, et démarrera par 3 mois au Laboratoire ESE pour le traitement des échantillons en laboratoire, puis sera suivi de 15 mois à l’unité EFNO d’irstea de Nogent-sur-Vernisson.

Responsable scientifique et laboratoire d’accueil, personne à contacter :
Nathalie KORBOULEWSKY
CR-HDR irstea
UR Ecosystèmes Forestiers
Domaine des Barres
45 290 Nogent-sur-Vernisson
02.38.95.03.55
nathalie.korboulewsky@irstea.fr

Partenaire :
Stéphane Bazot
Laboratoire Écologie, Systématique, Évolution
Bât. 362, rue du Doyen André Guinier
91405 Orsay Cedex

Pour candidater :
Envoyer CV complet (+ joindre si possible 1-2 articles sur la thématique du post-doc), votre intérêt pour le sujet en précisant la date de soutenance de la thèse et la date souhaitée de démarrage du post-doc et flexibilité) à Nathalie Korboulewsky (nathalie.korboulewsky@irstea.fr) et à Stéphane Bazot (stephane.bazot@u-psud.fr)

Résumé du sujet de Post-Doc :
Le cycle du carbone est central dans le fonctionnement des forêts pour la constitution de la biomasse végétale, la formation des humus et des sols. Les forêts ont de fait un rôle majeur dans le stockage du carbone, et participent par ce biais à l’atténuation du changement climatique. Toutefois, l’importance du stockage du carbone dans les sols forestiers et l’impact des sylvicultures sont très peu connus.
L’objectif du post-doc est d’étudier à la fois les effets de la diversité des peuplements forestiers (peuplements mélangés versus peuplements purs), et l’importance et le rôle la végétation du sous-bois (molinie, callune, fougère) dans les flux et le stockage du carbone. Le travail s’articule autour 1/de la caractérisation chimique des litières, 2/ la quantification des stocks de carbone dans les sols et les stocks dans la biomasse végétale, 3/l’évaluation de la stabilité du carbone organique des sols étudiée notamment à travers les activités de la microflore du sol (en collaboration avec le laboratoire ESE, Orsay).
Le travail portera sur le dispositif de long-terme pour l’étude de nouvelles stratégies sylvicoles pour faire face au changement climatique, OPTMix (Oak Pine Tree Mixture). Une partie des données ou des échantillons, telles que les analyses physico-chimique des sols et les données dendrométriques sur les arbres, est déjà disponible. Ainsi, le travail du post-doc consistera à réaliser quelques prélèvements et mesures complémentaires en lien avec les 3 volets, puis à traiter et valoriser les résultats.
Le travail a l’ambition de donner un éclairage sur le rôle de nos forêts tempérées et de la gestion sylvicole sur le stockage de carbone dans le sol. Les résultats permettront d’identifier l’intérêt et les limites de ces stratégies sylvicoles pour le rôle des forêts de la région Centre-val de Loire dans l’atténuation au changement climatique

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

CAPTCHA ImageChange Image