offre de stage : Effet indirect de l’exclusion sélective de grands mammifères sur la dynamique de la matière organique des litières en forêt d’Orléans

L’Observatoire des Sciences de l’Univers en région Centre (OSUC) et l’UR EFNO (Irstea) proposent un stage de M2 pour l’année 2019-2020 intitulé « Effet indirect de l’exclusion sélective de grands mammifères sur la dynamique de la matière organique des litières en forêt d’Orléans ».

Localisation : OSUC/ISTO
Encadrement : Sébastien Gogo (OSUC/ISTO) et Nathalie Korboulewsky (UR EFNO, Irstea)

contacts :
Gogo Sébastien
Observatoire des Sciences de l’Univers en région Centre – OSUC
Service National d’Observation Tourbières – OSUC, OSUR, THETA
Tel (0033) 02.38.49.45.02
sebastien.gogo@univ-orleans.fr

Nathalie Korboulewsky
Irstea – Centre de Nogent-sur-Vernisson
UR Ecosystèmes Forestiers
Domaine des Barres
45 290 Nogent sur Vernisson
+33 (0)2 38 95 03 55
nathalie.korboulewsky@irstea.fr

sujet :

Les grands mammifères peuvent par leurs activités modifier la composition floristique d’une parcelle forestière et notamment le recouvrement des espèces interférentes. En particulier, en forêt d’Orléans principalement composé de chêne et de pin, les recouvrements des espèces interférentes (Molinia carulea, Calluna vulgaris et Pteridium aquilinum) varient en fonction du traitement d’exclusion ou non des grands mammifères. Par conséquent, différents mélanges de litières peuvent se trouver au sol. Les mélanges de litières peuvent avoir des effets non-additifs sur la décomposition de la matière organique des litières. En d’autre terme, la vitesse de décomposition d’un mélange de deux litières n’est pas prévisible à partir des vitesses de décomposition des deux litières prises séparément (décomposition en mélange < ou > moyenne des décompositions des litières seules). L’effet est synergique quand le mélange produit une augmentation de la vitesse de décomposition par rapport à l’attendu (scénario additif). L’effet est antagoniste quand le mélange produit une diminution de la vitesse de décomposition par rapport à l’attendu. Ainsi, en agissant sur la composition floristique d’une parcelle forestières, les mammifères peuvent indirectement affecter la dynamique de la matière du sol et donc, à une échelle plus large, le cycle du carbone de l’écosystème dans son ensemble

L’objectif de ce stage est de déterminer si de tels effets sont possibles. Des résultats préliminaires sont disponibles concernant le mélange entre les litières de pin et de chêne (IRSTEA de Nogent sur Vernisson). Pour compléter ces résultats, les litières de pins et de chêne (seules et en mélanges) ont été mélangées avec les espèces interférentes (Molinia carulea, Calluna vulgaris et Pteridium aquilinum) et déposées en forêt pour un suivi de la décomposition. Des sachets ont été collectés à 3 dates, et une dernière devrait l’être à l’automne-hiver 2019-20.

L’étudiant pourra participer à cette campagne de collecte, et aura à traiter au laboratoire cette campagne ainsi que les deux précédentes. Il s’agit de trier la litière, de la peser après passage à l’étuve afin d’en déterminer la matière sèche restante. Une partie des échantillons seront analysés chimiquement par l’étudiant. L’ensemble des résultats sera analysé statistiquement afin d’identifier les taux de décomposition, l’effet du peuplement (pur, mélange), l’effet du mélange des litières, et les facteurs environnementaux déterminants grâce aux données microclimatiques des sites.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

CAPTCHA ImageChange Image